Enseignant.e.s du 2nd degré, faisons nos présentations

Eric Gressier
Messages : 3
Enregistré le : mar. 4 mai 2021 18:04

Re: Enseignant.e.s du 2nd degré, faisons nos présentations

Message par Eric Gressier »

Bonjour Marlène,
J'ai réfléchi longuement pour pouvoir expliquer la différence entre création et recherche (du moins comment je l'entends).
Cela fait 4 ans que j'ai commencé à utiliser ces techniques avec mes classes de CM1 et cette année de segpa, et j'ai fait plusieurs pratiques adultes grâce aux collègues de mon GD avant d'oser m'y aventurer (notamment pour la recherche).
Je suis très satisfait de ce travail avec les élèves de segpa (comme je le suis d'ailleurs avec des élèves de "l'ordinaire"), l'ambiance de travail est sereine car la motivation est bien là dans la grande majorité des cas.
Ci-dessous un petit pavé pour essayer d'expliquer au mieux comment je procède :

Ma démarche pour les créations et recherches mathématiques :
 
 
La création mathématique
 
Les élèves disposent d’une feuille blanche format A5 (après de nombreux essais, c’est le format qui m’apparaît le plus intéressant pour avoir des créations variées, une feuille quadrillée amenant la plupart du temps une création géométrique.). On peut autoriser ou interdire les outils du type compas, calculatrice, équerre, règle…
Personnellement, je laisse les outils à disposition pour les premières créations. Après plusieurs pratiques, j’autorise parfois uniquement le crayon bois car cela permet de faire varier les créations.
La séance de création dure une heure avec un groupe de 15 élèves en Segpa (dans une classe d’élémentaire, je partage la classe en demi-groupe, l’autre étant en autonomie, et la séance dure environ 45 minutes avec des CM1).
 
1)      Le temps de création individuel
Voici la consigne que je leur donne, et qui sera toujours la même pour les créations mathématiques :
 
Fais quelque chose de mathématique, avec des points, des traits, des chiffres, des symboles.
Pour la première séance, je donne des exemples avec les domaines des mathématiques : cela peut être de la géométrie, du calcul, de la numération, des grandeurs et mesures ou des problèmes.
Ils ont 5 minutes pour créer quelque chose (lorsque les élèves maîtrisent cette activité, je peux leur laisser jusqu’à 10 minutes pour faire leur création).
 
2)      Une fois le temps écoulé, je ramasse toutes les créations. Ensuite nous allons les regarder une à une.
Quand on a un vidéoprojecteur et une caméra, c’est l’idéal. On projette les créations directement.
Sans cet outil, je trace au tableau la création de l’élève.
La question est ensuite toujours la même : qu’y a-t-il de mathématique dans la création de ……….. ?
L’élève dont la création est exposée garde le silence.
Cette question amène à explorer le vocabulaire mathématique et ses règles.
Exemple : une création géométrique avec un carré. Un élève va me dire qu’il voit un carré. Je lui demanderai alors de me le prouver. Pour ce faire, on doit connaître les caractéristiques d’un carré. Avec l'appui du groupe, nous remettons à jour ces caractéristiques et j'apporte ce qui peut manquer, je reformule si nécessaire.
Au fur et à mesure, je note sur un paperboard les notions que nous avons abordées. Nous regardons toutes les créations.
 
3)      Des exercices d’entrainement dans le cahier de mathématique.
 
Quand certaines créations suscitent un fort intérêt, je propose immédiatement un petit exercice d’application dans le cahier. Si je continue sur l’exemple du carré, je peux leur demander de tracer un carré dans leur cahier. J’essaie de proposer des exercices simples pour appliquer les notions abordées. J’ai toujours aussi un regard sur les programmes.
 
La recherche mathématique
 
Après plusieurs séances, les créations des élèves sont plus complexes, et leurs intentions ne sont pas toujours compréhensibles au premier coup d’œil.
Exemple : un élève a écrit ceci :
20 -   ?  - 60  - 80 - ? – 120
 
Dans ce cas, l’échange collectif sera tourné vers l’objectif de l’élève, qu’a-t-il voulu faire ?
Ensemble nous trouvons la solution, et quand nous sommes bloqués, nous faisons intervenir l’auteur.
Afin d’aller plus loin, j’utilise le « Et si… » :
Et si on allait de 10 en 10 ? de 15 en 15 ? de 17 en 17 ?.......
Et si on voulait savoir le 10ème résultat ? le 20ème ?
On se retrouve alors avec des questions dont la réponse n’est pas immédiate, et seule une recherche pourra nous amener vers la solution.
 
La recherche collective
 
Une recherche consiste à construire un raisonnement mathématique par tâtonnement (essai/erreur, accumulation de résultats). Nous essayons de répondre à une question complexe que nous nous sommes posés après avoir analysé une ou des créations.
Par exemple (cette recherche revient systématiquement dans toutes les classes que j’ai eues), comment faire un plan de la classe qui soit à échelle ?
Lors d’une création, un élève a tracé un plan de la salle de classe. Certains élèves vont alors soulever le problème de la disposition des éléments les uns par rapport aux autres (la table devant le tableau est plus loin !), l’échelle, la surface.
J’interviens alors avec le « Et si… » : et si on voulait faire un plan qui place les éléments correctement les uns par rapport aux autres, comment devrions-nous faire ?
On en vient très rapidement au besoin de mesurer les murs de la classe, de mesurer les tables, les armoires…
Une fois que les éléments ont été mesuré, chaque élève va essayer de faire un plan de la classe (seul ou par 2).
Ensuite c’est une question de va-et-vient entre l’individuel et le groupe, pour progresser tous ensemble vers la solution.
Après plusieurs recherches collectives, j’engage les élèves dans la même démarche mais dans une recherche individuelle.
 
Eric Gressier
GD 35
Marjorie Cohen
Messages : 10
Enregistré le : lun. 17 mai 2021 11:29

Re: Enseignant.e.s du 2nd degré, faisons nos présentations

Message par Marjorie Cohen »

Coucou tout le monde !
Quelle bonne idée ce forum, je n'arrivais plus à suivre les discussions sur la liste 2d, et puis je m'embrouille entre mes deux adresses mail (la pro et la perso) et mes deux listes de diffusion ICEM (la 2d et la Coop).
Je suis prof de Lettres Classiques dans un tout petit (250 élèves) collège REP rural de la Somme. Je manie surtout le texte libre, le plan de travail, le journal. Je suis la seule 2d de mon GD, lequel est joyeusement bordélique, et dont je n'ai presque aucune nouvelle depuis mars 2020... snif ! Heureusement, les échanges sur la liste 2d sont riches et intenses... et seront sans doute plus faciles à suivre via le forum :wink:
Marjorie Cohen
Lettres Classiques
CLG Maréchal Leclerc de Hauteclocque
Beaucamps-le-Vieux (Somme)
Marlène Pineau
Messages : 16
Enregistré le : mar. 4 mai 2021 14:59

Re: Enseignant.e.s du 2nd degré, faisons nos présentations

Message par Marlène Pineau »

Bonjour Marjorie,
Contente de te lire ici. Ce moment de transition entre liste et forum est un peu délicat. On va bien finir par le dépasser notamment en  prenant l'habitude de faire migrer les discussions ici.
GD85, secteur second degré, prof de français en 1ère et BTS
Marlène Pineau
Messages : 16
Enregistré le : mar. 4 mai 2021 14:59

Re: Enseignant.e.s du 2nd degré, faisons nos présentations

Message par Marlène Pineau »

Merci pour ta réponse très claire et détaillée, Eric. Elle va intéresser des collègues de math de ma connaissance et je la conserve pour la relire d'ici peu à tête reposée.
GD85, secteur second degré, prof de français en 1ère et BTS
Morgane Leroy
Messages : 2
Enregistré le : ven. 7 mai 2021 14:10

Re: Enseignant.e.s du 2nd degré, faisons nos présentations

Message par Morgane Leroy »

Marlène Pineau a écrit :
Morgane Leroy a écrit : Bonjour,
J'enseigne l'anglais en collège depuis bientôt 10 ans. Après une année de stage à Lyon et un court passage en Seine-et-Marne, je suis bien vite revenue dans ma Lorraine natale.
Le nom Freinet a toujours fait partie de mon vocabulaire puisque mon père a démarré sa carrière d'instituteur dans une école Freinet. Mais cela ne fait que quelques mois que je m'y intéresse réellement. Je n'ai encore rien mis en pratique professionnellement, principalement à cause des conditions actuelles qui me poussent à aller vers le plus connu et le plus simple.
C'est pourtant le confinement de mars 2020 qui m'a fait réfléchir et m'a fait voir les avantages du plan de travail, qui est ma façon de fonctionner en distanciel. En revanche, cela me semble plus compliqué à mettre en place en présentiel.

Étant professeure principale en 6ème je pense que je vais commencer par ce bout là, en instaurant un conseil.

Au plaisir de vous lire,
Bonjour Morgane,

Tu parles de commencer par le plan de travail en instaurant un conseil  : comment te représentes-tu la relation entre les deux ?
est-ce que le conseil agira comme un moment où on discute des tâches possibles durant le plan de travail ?
Bonjour,

Non, pour moi le plan de travail et le conseil n'ont pas de lien -- j'ai dû mal m'exprimer.
Etant donné que le plan de travail est encore flou pour moi, je ne pense pas le mettre en place de suite. Mais je pense commencer à m'approprier les pédagogies Freinet avec ma casquette de prof principale en 6ème, car le conseil me semble être un outil assez facile à prendre en main. 
Erwan Adam
Messages : 1
Enregistré le : mar. 4 mai 2021 20:53

Re: Enseignant.e.s du 2nd degré, faisons nos présentations

Message par Erwan Adam »

Bonjour,

je me présente à mon tour : j'enseigne les maths en collège depuis près de vingt ans, avec un passage de cinq ans en lycée. Je suis actuellement dans un petit collège REP du Nord de Paris. Je mets en place un Conseil dans les classes dont je suis prof principal depuis trois ans, et je bricole avec des recherches mathématiques individuelles en m'appuyant tantôt sur des créations maths, tantôt sur autre chose. J'aurai l'occasion de poser des questions sur le forum donc je ne m'étends pas davantage ici. À part ça, je suis aussi proche de l'AGSAS (je suis dans un groupe de "soutien au soutien", j'anime en classe des ateliers philo façon Jacques Lévine), et j'ai été vivement impressionné par les écrits de Serge Boimare, dont je rêve de m'inspirer en cours de maths, et par les expériences de classe mutuelle de Vincent Faillet.

À bientôt!
Erwan
Pascale La Rosa
Messages : 1
Enregistré le : dim. 9 mai 2021 07:16

Re: Enseignant.e.s du 2nd degré, faisons nos présentations

Message par Pascale La Rosa »

Bonjour,
Je découvre (presque) le forum, je n'ai pas le réflexe d'aller le consulter...
Je suis prof de Lettres Modernes depuis 5 ans, après 21 ans dans le premier degré, dans un gros collège (+ de 850 élèves) REP de Toulon, Var. Seule représentante du 2d degré dans un GD par ailleurs très actif et stimulant.
J'essaie de survivre comme vous tous avec les contraintes fortes du second degré. Toujours en recherche, jamais satisfaite, mais convaincue que c'est par nos choix pédagogiques que l'on peut encore trouver du sens et sortir des déterminismes, particulièrement dans des zones difficiles, éloignées de la culture scolaire et qui flirtent avec l'enfermement des communautarismes.
Patrick Labarrière
Administrateur du site
Messages : 41
Enregistré le : ven. 12 mars 2021 15:11

Re: Enseignant.e.s du 2nd degré, faisons nos présentations

Message par Patrick Labarrière »

Bonjour à tou·tes, je me permets ce lien vers un autre sujet du forum qui permet de voir comment suivre les forums et sujets et en être informé·es :
https://forum.icem-freinet.org/viewtopic.php?f=10&t=13

Coopérativement,
Patrick
Catherine Ramirez
Messages : 9
Enregistré le : mer. 9 mars 2022 18:26

Re: Enseignant.e.s du 2nd degré, faisons nos présentations

Message par Catherine Ramirez »

Bonjour à tous
Je viens de m’inscrire sur ce forum : je suis déjà sur la liste freinet 2d degré, mais très inactive dessus, à ma grande honte…
Je suis professeure de Lettres Histoire Géographie depuis 20 ans, j’enseigne en lycée professionnel à des classes allant du CAP au Bac pro. Mon lycée (situé à Cavaillon dans le Vaucluse) accueille toutes sortes de formations, ce qui me permet d’avoir un public très varié… Cette année, j’enseigne à des CAP opérateurs logistique 1e année, des secondes bac pro Métiers de l’Hôtellerie et de la Restauration et des terminales bac pro Commerce/Vente.
Cela fait longtemps que je m’intéresse aux pédagogies alternatives et particulièrement à la pédagogie Freinet… j’ai un temps fréquenté le GD84 mais je n’y suis pas retournée depuis longtemps faute de temps, j’ai eu la chance d’assister à une formation « débuter en pédagogie freinet » au collège de Mazan il y a une douzaine d’années… Formation menée par Catherine Mazurie et François Perdrial… J’avais même  commis un article pour le Nouvel Educateur…
Régulièrement je mets en place des éléments de PF et j’abandonne, prise par le quotidien, mais j’y reviens toujours… Je vois bien que c’est ce qui me convient le mieux et à mes élèves aussi….
J’ai déjà expérimenté le plan de travail avec certaines classes, le 3 minutes, avec plus ou moins de succès, mais globalement, c'est une façon de travailler qui me convient… J’essaie de faire aussi de la pédagogie de projet, car cela fonctionne vraiment bien avec le public auprès de qui j’enseigne. Cela fait environ 2 ans que je m’intéresse à la classe flexible aussi… Je remets sans cesse en question ma façon de travailler, d’enseigner, j’essaie de m’adapter à mes élèves et de trouver des leviers pour faciliter le travail en classe et les apprentissages. J’ai commencé à diversifier, car j’ai beaucoup d’allophones dans mes classes et c’était nécessaire pour ne perdre personne en route.
Cette année j’ai la chance d’être en salle fixe : j’ai donc organisé ma salle à ma manière : des ilots de travail et un U pour l’échange avec les élèves. J’ai une armoire avec du matériel à disposition (feuilles, stylos, brouillon, crayons de couleur, mandalas et pop-it pour les énervés, atlas et dictionnaires + petite bibliothèque de classe). J’ai des plantes pour l’atmosphère dispersées un peu partout dans la pièce.
J’espère être plus active ici que sur la liste de diffusion… le format forum me convient mieux, a priori.
À très vite :-D
PLP Lettres histoire géographie
84, Vaucluse
2021-2022 1CAP OL, 2MHR et TCOMVENTE
2022 2023 1CAP OL, TCAP OL, 1CSRCUI
Michel Mulat
Messages : 3
Enregistré le : mer. 5 mai 2021 08:56

Re: Enseignant.e.s du 2nd degré, faisons nos présentations

Message par Michel Mulat »

Bonjour
Simple présentation. Je ne fais pas partie du Secteur second degré  parce qu'il m'a toujours semblé que c'était en entrant dans une classe du premier degré qu'on pouvait "apprendre la PF" et la transposer. J'ai appris en 1971 en filmant la classe de Nicole et Camille Delvallée à Sartrouville. D'autres suivront.
J'ai enseigné la moitié de ma carrière, d'emblée en PF. 1970 poste de documentaliste pour monter le studio audiovisuel de l'École normale de St-Germain-en-Laye. 4 ans prof. de français en lycée technique en Martinique. Divers postes en Lycée en région parisienne, puis Est de la France où j'ai fait 3 ans de collège. Seconde moitié de ma carrière plus proche de ma formation initiale (cinéma, ethno-anthropologie en plus des Lettres modernes), en STS Audiovisuel (mi temps technique et l'autre en histoire des arts de l'Image). En parallèle des cours en histoire de l'art et reportage vidéo, en université et formation pédagogique(MAFPEN puis IUFM...)
Pour moi la priorité pour tous niveaux à partir de la 6ème (jusqu'à la fac comprise) est la mise en place de réunions (conseils non Oury) qui permettent d'étudier le programme imposé (examens obligent) et de déterminer qui fait quoi dans le cadre de projets individuels, de groupes ou de classes. Le travail est d'emblée collaboratif en ce sens que chacun contribue à la formation de tous. Une armoire partagée par toutes mes classes indépendamment du niveau qui sera alimentée par :
- une documentation répondant aux demandes du programme : tout est prétexte, mais le plus souvent alimentée par les recherches : un exposé de trois minutes renvoyant à un document rédigé affiché (transformé en album après affichage) ou simplement placé dans un classeur ;
- une documentation de type "bizarrerie" en rapport avec la dominante du programme (présentation en une minute, d'un article de journal, extrait Télé, etc.) ;
- des fichiers méthodologiques alimentés par des fiches répondant aux erreurs de tous types (orthographe comprise). Je fais passer contrôle du type de celui imposé à l'examen final, des erreurs sont relevées. L'auteur "fautif" est chargé de préparer une fiche pour la classe. Il va donc devoir faire appel à qui sait. En dernier recours j'explique au groupe qui se sent concerné.
Tout cela a été facilité lorsque nous avons pu utiliser l'informatique en réseau puis construire notre première Classe Virtuelle Coopérative.
Les sorties étant très problématiques en lycée lorsqu'on ne parvient pas à constituer une équipe d'enseignants sur un projet d'élèves, on fait rentrer le dehors dans les murs. Pour répondre à une question qu'on se pose le document vivant est toujours préférable à l'imprimé : interroger qui sait ou le faire venir dans la classe ce qui suppose qu'on ait préparé.
Pour résumer : tout vient de la nécessité (que je préfère au besoin ( je ne peux pas faire autrement ), laquelle passe par le collectif.
Mm
Répondre